NEWS 2014 - monacopressclub

Ronald NOBLE


Noble 1.jpg
 
Ronald Noble
Secrétaire Général d’Interpol

 
Né en 1956 dans le New-Jersey, Ronald Noble, diplomé des universités de Stanford et du New Hampshire, est professeur de droit à l’université de New-York. Après avoir occupé d’éminentes fonctions à la tête de plusieurs services fédéraux américains, ce spécialiste de la lutte contre la criminalité organisée, le trafic de stupéfiants mais aussi le terrorisme, a pris la responsabilité du secrétariat général d’Interpol en 2000. Plusieurs fois réélu, il quittera ses fonctions après la désignation de son successeur le 7 novembre à Monaco. Si le français lui est parfaitement familier, il préfère répondre, en revanche, en anglais à nos questions sachant qu’il a eu à connaitre de tous les grands dossiers des quinze dernières années y compris les plus récents.
Noble 2.jpg
Noble 4.jpg

Vadim VASILYEV





VADIM VASILYEV

Arrivé officiellement à l’A.S.M F.C. début 2013 avec le titre de directeur sportif, Vadim Vasilyev dont les relations avec Dmitry Rybolovlev remontent à la fin des années 1990, a accédé à la vice-présidence du club en août 2013. Il en est aujourd’hui le vice-président-directeur-général et pourra répondre à toutes les questions du Monaco Press Club
Sito 2783.jpg
Sito 2771.jpg
Sito 2760.jpg

Le nouveau siège du YACHT CLUB de MONACO






Visite du nouveau bâtiment du Yacht Club de Monaco
commentée par son secrétaire général, Bernard d’Alessandri    
et l’architecte Alexandre Giraldi
 
 
 
 

YCM 8575.jpg
YCM 8627.jpg
YCM 8609.jpg
YCM 8623.jpg

GILBERT & GEORGE



Monaco Press Club

 
à la Villa Paloma
 
 
 
 
INVITES : Gilbert & George
 
 
 
 
Rencontre avec deux icones de l’art contemporain, connues pour leur univers combatif et provocateur. A l’occasion de leur exposition au NMNM, Gilbert et George répondront à bâtons rompus à nos questions.
Gilbert & George.jpg

Paolo Alberto VALENTI

P A Valenti IMG_3782.jpg

HOTEL NOVOTEL de Monaco
 
 
Invité PAOLO ALBERTO VALENTI
                 
Paolo Alberto Valenti présentera son ouvrage « Tutto il fuoco del mondo » publié à l’issue d’un séjour de plusieurs mois en Afghanistan. Journaliste producteur chez Euronews à Lyon, cet officier de réserve avait, en effet, accepté, à la demande de l’armée italienne, de séjourner dans ce pays et de mettre sa vie personnelle et familiale entre parenthèses. Il fera part de ses impressions et de ses réflexions à l’issue de ce séjour mais aussi de son expérience journalistique au cours d’une carrière très diverse souvent réalisée à l’étranger. Paolo Alberto Valenti est, par ailleurs, président de ClubmediaItalie.
P A Valenti IMG_3754.jpg
P A ValentiIMG_3767.jpg

Marco CASIRAGHI




 
 
Invité MARCO CASIRAGHI
 
        
Marco Casiraghi présentera le projet Monaco Mouse Trap Cars 2014 Grand Prix. Un projet original qui part d’un constat : le monde a toujours besoin de plus d’ingénieurs et  il est important de promouvoir la science auprès des lycéens avec des moyens efficaces avant qu’ils ne fassent le choix de leur parcours universitaire. C’est à partir de ce constat qu’a été imaginé  cette course amusante et stimulante entre des petites voitures propulsées par une « mouse trap » classique qu’ils dessinent et construisent eux-mêmes. Après des épreuves dans les lycées, huit finalistes seront sélectionnés le 30 avril pour participer à la finale le 23 mai à Monaco. Tous les détails et les explications le 18 avril.
Marco Casiraghi 4361.jpg
Marco Casiraghi 4350.jpg
Marco Casiraghi 4349.jpg

La Principauté part à la conquête orbitale

La Principauté part à la conquête orbitale
Jeudi 15 décembre. lhami Aygun (à gauche) et Jean-Pierre Margossian (à droite), (ft.©WSM/Colman).

Ilhami Aygun a présenté son projet « MonacoSAT » au Yacht-Club. Il prévoit de construire un satellite de télécommunications qui occupera la position orbitale de Monaco. La Principauté est le 16e pays au monde à avoir une position orbitale», se réjouit Ilhami Aygun. Au Yacht-club, le président directeur général de l'opérateur de satellite Space International-Monaco (SSI) animait récemment une conférence sur Le futur de Monaco dans l'espace, organisée par le Monaco Press Club. Ilhami Aygun est responsable du projet de construction d'un satellite de télécommunications: le MonacoSAT. Il s'agit d'un programme ambitieux qui vise à utiliser la position orbitale de la Principauté. Mais comment l'État a-t-il obtenu une telle position ? « Tous les pays peuvent le faire. Il faut déposer un dossier à l'Union internationale des télécommunications (UIT). C'est ce qu'a fait la Principauté en 2005 », expliquait le directeur général de Monte-Carlo Radiodiffusion (MCR), Jean-Pierre Margossian. Ainsi, Monaco a étudié les positions orbitales possibles et retenue celle à 52 degrés Est. Cependant, il a fallu négocier avec douze pays car elle était convoitée. « Aujourd'hui, il est très difficile d'obtenir une position orbitale. Le réseau est saturé car les États-Unis ou la Chine ont des tas de positions afin de développer les télécommunications », rajoutait M. Margossian.
Ilhami Aygun2.jpg
On compte à ce jour, près de 500 satellites de télécommunications qui entourent le globe. Et avoir une position orbitale ne coûte pas grand-chose: "Un État paie environ 5 000 dollars une fois pour toutes, mais il faut y mettre un satellite". Et justement, la SSI entendait utiliser la position orbitale de Monaco pour y positionner un satellite de télécommunications. Des discussions ont eu lieu avec les douze autres pays et finalement la position a pu être attribuée à Monaco, qui en est aujourd'hui propriétaire. Un accord a été signé entre la SSI et la Principauté en 2009. Cependant, c'est le qui fera usage de l'essentiel des fréquences du satellite. Monaco ne pourra utiliser qu'un tiers. En effet, le pays d'Asie centrale a signé un accord avec la SSI, le 18 novembre dernier. Il s'agira du premier système national de télécommunications par satellite pour le pays. Il permettra de sécuriser et d'améliorer ses moyens de télécommunications: radio, télévision, Internet… Et pour la construction du satellite, l'entreprise Thales Alenia Space a été choisie. Basée à Cannes, elle débutera sa conception le mois prochain et l'achèvera en août 2014. La Chine devrait procéder au lancement du satellite. Concernant le financement, Monaco ne donnera pas un centime : la SSI et le Turkménistan paieront l'ensemble du projet satellite, c'est-à-dire 300 millions d'euros. De plus, chacun verse une redevance à la Principauté, dont le montant reste secret. Mais quel changement dans le quotidien des Monégasques ? Ilhami Aygun le reconnaît: "Cela ne les touchera pas directement, mais c'est un avantage économique certain". Cependant, le projet spatial devrait créer des emplois. Car, une fois le satellite lancé, trois stations de contrôle le surveilleront. "Une sera basée à Cannes, une autre au Turkménistan et une dernière à Monaco qui emploiera 25 personnes".
Stéphanie Wiélé
©www.monacomatin.mc